La poésie du quotidien

Troisième semaine : Quelque chose de plus grand que soi

Troisième semaine : Quelque chose de plus grand que soi

Connais-tu la belle expression « ver d’oreille » ? 

C’est mon père qui dit ça et avec mes recherches j’ai appris que ça venait de l’allemand « Ohrwurm ». Ça signifie « une mélodie dont on ne peut plus se débarrasser, qui nous reste en tête qu’on le veuille ou non ». Si on accepte de l’étendre à la poésie, ça peut être une lecture qui te revient sans cesse en mémoire, une phrase, quelques vers. Ces vers d’oreille vont nous servir cette semaine puisqu’en plus de les recopier dans ton cahier, je t’encourage à les utiliser comme point de départ d’un nouveau poème. Si la semaine dernière on a rencontré et aimé des poètes, cette semaine on les copie, on les magane, on fait ce qu’on veut !

La poésie change le monde. Mais pour qu’un poème arrive à toucher les gens, il a dû être travaillé. Il faut écrire et réécrire. Inspire-toi de ton cahier : y vois-tu déjà du nouveau matériel ? Est-ce que tes poèmes se ressemblent tous ou sont-ils au contraire très différents ? Ils sont courts ou longs ? Tu utilises la rime parfois ? Toujours ?

Découvre les techniques d’écriture des poètes. Même s’ils ne les utilisent pas toutes les fois, ils y ont recours de temps à autre pour briser la routine de leur écriture ou pour réveiller l’inspiration. Écris un slam ! Fais un sonnet ! Amuse-toi avec la poésie ! Herménégilde Chiasson vient de publier douze recueils de poésie qui commencent par chacune des lettres de son prénom et se terminent par un « s » : HistoireS, EspaceS, RefrainS, MotS, ÉnigmeS, NostalgieS, ÉmotionS, GesteS, IdentitéS, LectureS, DécoupageS et ExcuseS. Cette douzaine de livres forme selon lui son autoportrait poétique. Comment ton prénom se découpe-t-il ? Peux-tu penser à un mot important qui correspond à chacune des lettres de ton prénom ?

Marc-Antoine K. Phaneuf aime faire des listes, il en a même fait une qui dure tout un recueil. Cette technique d’écriture est particulièrement intéressante si tu oses faire des listes improbables, comme la liste de tous les gens que tu connais dans ton quartier (quand tu ne connais pas leur prénom, n’hésite pas à les décrire : le papa aux lunettes vertes qui promène son bébé en poussette jaune ou cette femme qui mange un sandwich au jambon tous les après-midi à 14 heures). Plus tu travailleras ta liste avec des détails, plus tu risques d’y trouver du matériel pour un nouveau poème. Si tu l’aimes assez, elle deviendra même un poème en soi ! Pour entendre le poète lire un extrait de son recueil, Cavalcade en cyclorama : (4:03 - 5:18).

Qu’as-tu mis sur ton fil d’actualité Facebook cette semaine ? Surtout des photos de tes amis ? Écris-leur un poème ! Des photos d’animaux ou de célébrités ? Interroge-toi à savoir comment une image peut se transformer en mots. Adapte ta poésie pour qu’elle devienne une publication ou alors, prends ton cahier d’écriture en photo et publie-la sur un de tes réseaux sociaux.

Tu t’en rends compte ? Boom ! Tu viens de t’auto-publier !

 

EXERCICE DE CRÉATION :

Garde l’habitude d’écrire un peu chaque jour, même quand tu n’en as pas envie ou que tu n’as rien à dire. Plusieurs exercices littéraires existent afin de contrer le syndrome de la page blanche.

Par exemple, commencer un poème en utilisant les premières lettres de « Longtemps, Je Me Suis Couché De Bonne Heure », incipit du roman Du côté de chez Swan, premier tome de l’œuvre colossale À la recherche du temps perdu de l’écrivain français Marcel Proust. En effet, tu prends chacune des premières lettres, LJMSCDBH, et elles deviennent les ancrages des huit premiers vers de ton nouveau poème. Tu verras, ce n’est pas si facile que ça, mais tellement gratifiant.

 

À la bibliothèque :

  • Consulte différents ouvrages qui parlent des techniques de création. Consulte le lexique des formes poétiques sur le site des Voix de la poésie. Lis des conseils aux jeunes écrivains pour t’inspirer et surtout trouver ta propre façon d’écrire. Dans le respect de tous ces poètes qui ont écrit avant toi, n’en fais qu’à ta tête !