Dans les médias

Version imprimable
Mardi, le 11 mai, 2021
Source:
Y a pas deux matins pareils

On rencontre aujourd’hui la gagnante de la catégorie bilingue : Sarah Hamdi, étudiante de la University of Toronto Schools. 

Lundi, le 10 mai, 2021
Source:
Y a pas deux matins pareils

Philip Nedelev, étudiant en 10e année de Toronto, a remporté le deuxième prix dans la section bilingue du concours Les voix de la poésie/Poetry In Voice. 

Mercredi, le 28 avril, 2021
Source:
Le Courrier du Sud

Cassandra Souleles, qui s’est qualifiée dans la catégorie bilingue, a opté pour les poèmes Beauté formol de Chloé Savoie-Bernard et Poem for my body de Ruth Daniell. Elle devait se filmer en train de les réciter.

«J’essayais de trouver des poèmes qui venaient me chercher et la cause des femmes ça me rejoint, explique-t-elle. Je deviens assez émotive par rapport à ça. Je ne pouvais pas juste lire n’importe quel poème.»

Samedi, le 17 avril, 2021
Source:
Culture et confiture
Jeudi, le 25 mars, 2021
Source:
Le Nouvelliste numérique

Le concours pancanadien Les voix de la poésie a dévoilé les choix du public ainsi que les finalistes qui accéderont à la Grande finale.

Mardi, le 16 mars, 2021
Source:
Le Nouvelliste numérique

Trois-Rivières — La Mauricie compte une représentante parmi les 42 demi-finalistes qui ont été sélectionnés pour le concours pancanadien Les voix de la poésie et qui ont été dévoilés récemment.

Lundi, le 25 janvier, 2021
Source:
Le Citoyen de la vallée-de-l’or/de l’Harricana

Sa récitation lui vaut la troisième place au Canada

Dimanche, le 31 mai, 2020
Source:
Le Franco

Verlaine rime avec migraine, un blasphème me direz-vous ! Peut-être, sûrement d’ailleurs. Mais Nahida, 17 ans, aime Verlaine. Une question de génération, de façon de l’étudier aussi, sûrement. Victorieuse des Voix de la poésie en 2019, demi-finaliste en 2020, elle nous invite dans un autre monde, celui de la prosodie envoûtante.

Mardi, le 28 avril, 2020
Source:
La Presse

« Souvent, on décrédibilise les jeunes », constate Marianne Verville. La comédienne de 25 ans en sait quelque chose. « J’ai longtemps été prise pour une enfant ; j’ai l’air plus jeune que mon âge, dit-elle. Je pense pourtant qu’on peut tous apporter quelque chose, peu importe la génération. »

Samedi, le 18 avril, 2020
Source:
ICI Radio-Canada Alberta

Entrevue avec Evan Sapozhnikov accordée à Mireille Langlois.

Pages