Jury et Animation 2020

Version imprimable

Rencontrez nos 24 demi-finalistes !

Les neuf champion·nes seront annoncés sur notre site le vendredi 17 avril à 13 h HE.

Animation

Johanne Blais

 

Johanne Blais a animé à plusieurs reprises la Grande Finale des Voix de la poésie depuis 2013. Elle est aussi membre du conseil d'administration de notre organisme. Traductrice de formation, professeure de grammaire et de rédaction à la retraite, Johanne Blais se passionne pour les mots. Parfaitement bilingue, amoureuse inconditionnelle des langues de Molière et de Shakespeare, elle a, pendant dix-sept ans, partagé cette passion avec des milliers de Canadiens grâce à sa chronique linguistique «Word of the Week» dans le cadre de l’émission C’est la vie diffusée sur les ondes de CBC Radio.

Le Jury


Joséphine Bacon est Innue de Pessamit. La poésie et la tradition orale de son peuple la suivent depuis son enfance. Sa poésie au quotidien s’adresse à la mémoire collective, à la nature débridée, à la sagesse, et aux ancêtres. C’est dans l’oscillation entre le langage universel sur l’origine du monde et la quête personnelle d’identité et de liberté que Bacon nous rappelle et nous ramène à nous-mêmes. Elle vit à Montréal.

 


Gwen Benaway est une fille trans. Elle a publié quatre recueils de poésie : Ceremonies for the DeadPassageHoly Wild, et day/break. Benaway est éditrice d’une anthologie de nouvelles de fantasie intitulée Maiden Mother and Crone: Fantastical Trans Femmes. Ses œuvres ont été accueillies avec enthousiasme par la critique et publiées presque partout au Canada. Elle a été retenue en liste de sélection pour le prix Dayne Ogilvie for LGBTQ Emerging Writers décerné par le Writer’s Trust of Canada. Son troisième recueil de poésie, Holy Wild, a été reçu à la première liste de sélection du prix Pat Lowther, a été finaliste au prix Lambda Literary Award for Trans Poetry, au prix Trillium, au prix Trans and Gender Variant Literary Award de Triangle Publishing Press, et a reçu le prix littéraire du Gouverneur général en 2019, dans la catégorie poésie. Son essai littéraire,  A Body Like A Home, a reçu le prix dor du National Magazine Awards for Personal Journalism. Actuellement, elle édite aussi un livre de récits d’histoires vécues, intitulé trans girl in love, qui sera publié en 2020 chez Strange Light. Elle habite Toronto, Ontario et est candidate doctorale à la Women and Gender Studies Institute de l’université de Toronto.

 


Artiste métis multidisciplinaire, Moe Clark est un oiseau chanteur voyageur volant d’ailes tissées de la chanson en cercle et du spoken word. D’origine des terres du Traité 7, elle habite tio'tia:ke (Montréal) depuis plus de dix ans. Son dernier album solo, Within, a été en tournée nord-américaine en 2017 et son poème en vidéo, nitahkôtan, a été primé en tant que meilleure vidéo en langue autochtone au festival de film ImagiNative. Plus tard, nitahkôtan a été programmé au festival de film Skabmagovat, en Finlande. Au-delà de la performance, Moe Clark anime des ateliers de création. Elle a dirigé la première édition bilingue du Festival canadien de spoken word et, en 2016, elle a lancé nistamîkwan : une association d’art transformative. Ses œuvres ont été programmées dans le monde entier, dont le Lincoln Centre (États-Unis), UBUD Writers & Readers Festival (Indonésie) et le festival Origins à Londres (Royaume Uni).

 


Anne-Marie Desmeules habite Lévis avec sa famille. En plus de ses deux recueils de poésie publiés à l’Hexagone, soit Le tendon et l’os (2019, Prix du Gouverneur général) et Cette personne très laide qui s’endort dans mes bras (2017), elle a fait paraître des textes dans plusieurs revues. Sa suite poétique Bouleaux a été finaliste au Prix de poésie Radio-Canada en 2018. Poète de l’intime et de la nature, elle aime plus que tout manier la lumière et l’ombre, la violence et la parole guérisseuse. 

 


Pierre Nepveu a enseigné la littérature pendant une trentaine d’années à l’Université de Montréal. Poète, romancier, essayiste, il est l’auteur de près d’une vingtaine d’ouvrages, incluant des essais littéraires et plusieurs recueils de poèmes qui lui ont valu à trois reprises le prix du Gouverneur général. Il est aussi l’auteur, avec Laurent Mailhot, d’une anthologie de référence : La poésie québécoise des origines à nos jours. Il a participé à l’édition de l’œuvre éparse du poète Gaston Miron, dont il a aussi écrit la biographie, Gaston Miron. La vie d’un homme. L’ensemble de son œuvre a été couronné par le prix Athanase-David, par l’Ordre du Canada et par l'Ordre national du Québec, et il a été élu en 2015 membre de la Société royale du Canada.

 


Greg Santos est l’auteur des recueils BLACKBIRDS (Eyewear, 2018), Rabbit Punch! (DC Books, 2014) et The Emperor's Sofa (DC Books, 2010). Son nouveau receuil, Ghost Face, sera publié au printemps 2020. Ses œuvres ont également été publiées dans toute une gamme de magazines canadiens et internationaux. Greg a longtemps été l’éditeur de poésie de carte blanche, le journal littéraire sur Internet de la Quebec Writers' Federation ; il en est actuellement l’éditeur en chef. Greg Santos a également été éditeur chez les magazines pax americana, basé à New York, chez Upstairs at Duroc, basé à Paris ainsi que chez Palimpsest, le journal littéraire et artistique du troisième cycle à l’université Yale.

 

Le poète Stuart Ross décrit la poésie de Santos comme étant « intime, sombre, mystérieux, ludique et surréel. » Né à Montréal, il est adopté et d’origine cambodgienne avec une ascendance portugaise et espagnole. En tant que poète, il est connu pour ses thèmes de culture populaire, d’identité, de migration, d’adoption, de parentalité, de famille, d’amour, d’imagination et de la puissance de l’espoir. Il travaille régulièrement au sein de collectivités fragilisées et enseigne à l’institut Thomas More. Greg Santos habite à tio'tia:ke/Montréal avec sa famille.