L’autoportrait prosopagnosique

Version imprimable

Les personnes atteintes de prosopagnosie, un trouble neurologique rare, voient parfaitement les visages, mais elles sont incapables de les différencier. Elles ne parviennent pas à traiter les informations émanant des éléments qui composent un visage et à l’associer à la personne. Elles peuvent même ne pas reconnaître leur propre visage. Pour identifier leurs proches, elles s’attachent alors à d’autres détails comme l’odeur, la voix, l’attitude, la démarche.

Répondre à la question fondamentale de l’autoportrait, « Qui suis-je ? », implique pourtant souvent de faire appel à la singularité des traits de son visage. Après tout, les méthodes d’identification légales, judiciaires ou personnelles recourent presque toutes à des documents avec des photos qui ne montrent que la tête et les épaules : passeport, photo d’identité judiciaire, album de famille, profil Facebook, etc.

Sous forme d’une liste dont la majorité des propositions commenceraient par « je + [verbe conjugué] », écrivez un autoportrait (le vôtre, ou bien celui d’une personne fictive) qui, sans s’attacher au visage, rend compte du caractère et des affects d’un sujet.