Journal de poésie VOICES/VOIX

Version imprimable

VOICES/VOIX édition n2

Nous sommes enchanté·es de vous présenter la deuxième édition de notre journal étudiant de poésie, VOICES/VOIX. Cette année, les responsables de la publication étaient les poètes Jonathan Roy et Catriona Wright. La pandémie mondiale ayant frappé peu de temps avant la date limite de soumission des poèmes, vous pourrez constater que certains thèmes transcendent les événements et les époques et qu’ils trouvent un endroit où se poser en poésie : la solitude, l’amour, l’avenir, la justice sociale…

Vous lirez dans ce journal des poèmes en français et en anglais, écrits pas des élèves de la 3e secondaire au cégep, inspirés par une visite de nos Poètes à l’école, un exercice de création littéraire ou un poème tiré de notre anthologie en ligne.

Plongez-vous dans ces différents univers, bonne lecture !
— Catherine Cormier-Larose, coordonnatrice de la publication

 


 

Comment soumettre un poème

 

Lire et écrire de la poésie, c’est une bonne façon de mieux entendre le monde. Ça permet de relever des détails du quotidien auxquels on n’aurait pas porté attention et d’en amplifier certains autres. La poésie est partout, mais pour la découvrir, il faut du temps et souvent un petit coup de pouce.

Dans notre époque perturbée, la poésie est un sanctuaire puisque c’est un art où il n’y a plus de règle : ça peut rimer ou non, être écrit en vers ou en prose, utiliser un langage soutenu ou plutôt oral… Les possibilités sont infinies ! Nous vous proposons donc trois manières de commencer et vous devez choisir l’une d’entre elles pour participer au journal de poésie VOICES/VOIX :

1. Choisir un poème de notre anthologie et y répondre.

Afin de répondre à un poème de notre anthologie, choisissez un poème, lisez-le plusieurs fois et écrivez une réponse. Vous pouvez être d’accord ou pas, n’avoir pas trop compris et poser des questions ou même vous éloigner complètement du poème parce qu’un mot ou une ligne vous inspire à créer votre propre univers. Vous êtes libres !

Les poètes s’influencent entre eux et se répondent l’un à l’autre. Le « Speak White » de Michèle Lalonde est rapidement devenu un des poèmes les plus connus de la poésie québécoise. Il s’adressait à toutes et tous et parlait de la langue française à préserver en moment de doute. Marco Micone a écrit une réponse intitulée « Speak What », qui donnait plutôt le point de vue d’un immigrant. Marie-Christine Lemieux-Couture, dans le contexte de la grève étudiante au Québec en 2012, a quant à elle écrit « Speak rich en tabarnaque », une réponse du point de vue de l’étudiante. 

2. Écrire un poème à partir d’un de nos exercices de création.

Écrivez votre poème à partir d’un exercice de création que des poètes ont partagé avec vous. Cela peut vous paraître plus facile, mais ce n’est pas toujours le cas ! Écrire avec une contrainte de départ est un des principaux moyens qu’utilisent les poètes lorsqu’ils sont en manque d’inspiration ou pour lutter contre la page blanche. Il y a plusieurs exemples de recueils entiers écrits avec une contrainte (sans la lettre « e », que des sonnets, avec toujours la même ligne de départ, etc.). Un exercice vous donnera certainement l’élan d’entreprendre votre poème.

3. Écrire un poème à la suite de la visite d'un ou d'une poète à votre école. 

Si vous recevez la visite d'un ou une Poète à l'école, vous pouvez écrire un poète en réponse à cette visite. Peut-être vous a-t-on raconté une histoire incroyable, ou peut-être avez-vous réalisé un exercice de création? Peut-être même que leur seule présence vous a donné de l'inspiration? 

Soumettre un poème

Nous avons très hâte de vous lire, à tout bientôt,

- Les voix de la poésie