Animation et jury 2019

Version imprimable

Découvrez qui sont nos 24 demi-finalistes !

Achetez vos billets pour le spectacle de la grande finale le 25 avril à 19 h ou regardez notre diffusion en direct.

Animation de la grande finale

Le jeudi 25 avril à 17 h, les neuf finalistes réciteront leurs poèmes et gagneront un total de 25 000 $ à titre personnel et pour la bibliothèque de leur école. J.R. Léveillé et Roseanna Deerchild animeront la soirée.


Le poète et écrivain francophone de l’Ouest canadien Joseph Roger Léveillé (1945 - ), dont le nom de plume est plus souvent J.R. Léveillé, souligne dans ses œuvres la pluralité du monde francophone et le multiculturalisme. Journaliste à la radio et à la télévision chez Radio-Canada, dirigeant la collection « Rouge » qui promeut la publication de nouveaux auteurs, il est considéré comme le chef de file de la nouvelle écriture française à l’extérieur du Québec. De ses œuvres découle une réflexion sur l’influence linguistique de l’altérité et des échanges qui s’ensuivent. Bonheur esthétique, sensualité, plaisir textuel et ludisme caractérisent ses poèmes. 


Roseanna Deerchild est une auteure primée et une habituée de l’animation à la radio. Son recueil de poésie this is a small northern town a remporté le prix de poésie Aqua Books Lansdowne 2009. Son deuxième livre, calling down the sky, est le récit de sa mère en tant que survivante des pensionnats. Roseanna Deerchild est cofondatrice et membre du collectif Indigenous Writers of Manitoba et a contribué à de nombreux journaux autochtones. Elle est présentement animatrice d’une émission à CBC Radio, Unreserved, un espace pour la communauté, la culture et les conversations autochtones. Crie de la nation O-Pipon-Na-Piwan de South Indian Lake au nord du Manitoba, Roseanna Deerchild vit maintenant dans le quartier qu’elle a adopté, le North End de Winnipeg.  

Animation des demi-finales

Six demi-finalistes dans la section française, six demi-finalistes de la section bilingue et douze demi-finalistes dans la section anglaise réciteront pour courir la chance d'obtenir une place à la grande finale. Seulement trois de chaque section avanceront dans la course. Johanne Blais animera cet événement.

Johanne Blais


Traductrice de formation, professeure de grammaire et de rédaction, conférencière, Johanne Blais se passionne pour les mots. Parfaitement bilingue, amoureuse inconditionnelle des langues de Molière et de Shakespeare, elle a partagé cette passion chaque semaine, pendant dix-sept ans, avec des milliers de Canadiens. Sa chronique linguistique Word of the Week dans le cadre de l’émission C’est la vie diffusée sur les ondes de CBC Radio lui a ainsi valu le pseudonyme de « Word Lady ». Pleine de vie et d’entrain, douée pour mettre les mots en contexte dans le vécu de chacun, elle communique avec chaleur et humour ses connaissances. Son grand intérêt pour la langue de chez nous l’a aussi amenée à publier de savoureuses chroniques sur les canadianismes. « Nos hivers canadiens vous font-ils capoter?, Sortez vos bidous!, Ça parle au diable! » sont autant de titres évocateurs de textes qu’elle a rédigés dans le but de nous faire découvrir la richesse de la langue d’ici. Johanne Blais a animé à plusieurs reprises la grande finale des Voix de la poésie depuis 2013. Elle est aussi membre du conseil d'administration de notre organisme.

Jury


Professeure au département d’études françaises, de langues et de littératures à l’Université de Saint-Boniface, Lise Gaboury-Diallo a signé sept recueils de poésie et deux recueils de nouvelles depuis 1999. La poète est une des plus importantes figures de la littérature franco-canadienne de l'Ouest, tant par ses œuvres de création, que par ses critiques et analyses littéraires, ainsi que par sa participation à divers projets anthologiques et d'envergure historique. Les Prix littéraires Radio-Canada 2004 lui décernent le premier prix, catégorie poésie française, pour son texte Homestead, poèmes du cœur de l’Ouest (2005). Son recueil de poésie L’endroit et l’envers remporte le Prix Rue-Deschambault en 2009. Publiés aux Éditions du Blé, Confessions sans pénitence (poésie), illustré par Denis Devigne, paraît en 2013 et Empreintes (poésie), en 2017.  

 


Pierre Nepveu a enseigné la littérature pendant une trentaine d’années à l’Université de Montréal. Poète, romancier, essayiste, il est l’auteur de près d’une vingtaine d’ouvrages, incluant des essais littéraires et plusieurs recueils de poèmes qui lui ont valu à trois reprises le prix du Gouverneur général. Il est aussi l’auteur, avec Laurent Mailhot, d’une anthologie de référence : La poésie québécoise des origines à nos jours. Il a participé à l’édition de l’œuvre éparse du poète Gaston Miron, dont il a aussi écrit la biographie, Gaston Miron. La vie d’un homme. L’ensemble de son œuvre a été couronné par le prix Athanase-David et par l’Ordre du Canada, et il a été élu en 2015 membre de la Société royale du Canada.

 


Sur des territoires Musqueam, Squamish et Tsleil-Waututh, Cecily Nicholson a travaillé dans l’est du centre-ville de Vancouver pendant 19 ans, plus récemment en tant qu’administratrice du musée Gachet, un centre géré par des artistes et une ressource en santé mentale. Nicholson fait partie d’un groupe pour l’abolition des prisons, Joint Effort, et est membre du comité d’éthique de la recherche à l’Université d’art et design Emily Carr. Elle est depuis peu programmatrice des expositions au musée d’art de Surrey. Elle est l’auteure de Triage, From the Poplars, qui a remporté le prix de poésie Dorothy Livesay et Wayside Sang, qui a remporté le Prix du Gouverneur général 2018.

Les sujets poétiques préférés de Nicholson incluent l’espace et les œuvres ancrées dans le mouvement, à petite comme à grande échelle. Son style est généralement influencé par la musique, la poésie des mots et l’engagement communautaire.

 


Jason Stefanik se décrit comme un adopté de deuxième génération qui a grandi dans la région d’Interlake, au Manitoba. Il vit maintenant dans le quartier North End de Winnipeg. Il est membre fondateur de neither/neither, un collectif de création du musée Edge, au centre-ville de Winnipeg. Stefanik a animé un atelier de poésie pour les détenus du centre pénitentiaire Stony Mountain. Ses poèmes ont paru dans les revues tart, Misunderstandings Magazine, Grain, Nashwaak Review, Arc et Prairie Fire. Il a reçu le prix de poésie Bliss Carman du centre d’écriture de Banff et son recueil Night Became Years s’est classé parmi les finalistes du Prix du Gouverneur général 2018. Il travaille maintenant sur une séquence de poèmes sur la cryptographie et se demande souvent : « Que ferait Auden? »

 


Michaël Trahan est né en 1984. Il a grandi à Acton Vale, en Montérégie, avant de s’établir à Montréal au début des années deux mille. Au Quartanier, il a publié La raison des fleurs (2018 – Prix littéraire du Gouverneur général, catégorie poésie) et Nœud coulant (2013 – prix Émile-Nelligan, Prix du Festival de la poésie de Montréal et prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec). Il est aussi l’auteur d’un essai sur la réception de Sade, La postérité du scandale (Nota bene, 2017), et d’une thèse de doctorat sur la lisibilité de la littérature dans le champ poétique français contemporain. Il est directeur littéraire de la revue Estuaire.

 


Katherena Vermette is une écrivaine Métis qui vit sur le territoire du Traité 1, au cœur de la nation métisse, à Winnipeg, au Manitoba. Son premier livre, North End Love Songs (The Muses Company) a remporté le Prix du Gouverneur général. Son roman, The Break (House of Anansi) a été un succès de librairie et a remporté de nombreux prix, donc le prix Amazon.ca First Novel en 2017. Son deuxième roman, river woman (House of Anansi) a été lancé à l’automne 2018. Vermette est aussi auteure de livres jeunesse : The Seven Teachings Stories (Highwater Press) et la série de romans jeunesse graphiques, A Girl Called Echo (Highwater Press). De plus, avec une équipe de réalisation fantastique, elle a co-écrit et co-dirigé le court-métrage documentaire this river (NFB) qui a remporté le prix Canadian Screen Award for Best Short en 2017 ainsi que le prix Coup de cœur au Festival Présence autochtone de Montréal. Vermette vit avec sa famille dans une vieille maison qui a son caractère, à un bond de la houleuse Red River.

 

Animation et jury 2019
Animation et jury 2019