Assis sur la muraille...

assis sur la muraille en fleur de mes limites

je regarde sérieusement dans son moment donné

oh le cadeau de vent woups l’allure de l’éternité

qui passe à toute vitesse

 

couché même des fois quand il fait beau tout bas

dans la rocaille douce de ma solitudineuse finitude

j’écoute l’herbe pousser à travers l’humus de mes os

et les dieux s’amuser

à me pisser la mort dans les cheveux

 

debout dans mon jardin de peurs bleues

bardé d’électronique et fort de ma musique

avec ma dormeuse bordée de ma belle nuit blanche

avec au loin mes camarades pacifiques

et plus loin encore mes camarades sanguinaires

mes compagnons

brassant jovialement de la bouse d’étoiles

 

je suis parfaitement libre

 

comme une métaphore

Michel Garneau, « Assis sur la muraille... », Les petits chevals amoureux, Montréal, VLB éditeur.