Bury My Heart à Beaumont

faut-tu qu’on corde tous les souvenirs

comme le bois à Beaumont

ça fait quèques semaines que je pense à ça

tandis que les trucks ramassent le bois

la terre reste violée pis je me sens pareil

en regardant tout seul le soleil

se cacher de peur comme un enfant

loin des haches pis des chainsaws

 

à Beaumont une dernière fois

je regarde la marée monter la Petitcodiac

la Memramcook pis la Chipoudie

dis-moi pépére aujourd’hui

avant que leur hache me fende le tchœur

faut-tu que je watch cette belle place

devenir une autre Kouchibouguac

estropier mes rêves comme ça

avec une hache pis une chainsaw

 

fermiers pêcheurs femmes et enfants

écoutons la terre conter son histoire

Fort Galissonnière et ses tirs de canons

dont l’écho remonte encore plus fort qu’avant

pour tuer le tapage des chainsaws

y faut que le refus se lève maintenant

comme un tremblement

de cris dans le vent

comme autrefois

à Beaumont

Marc Arseneau, « Bury My Heart à Beaumont », Avec l’idée de l’écho, Moncton, Éditions Perce-neige, 2002.