Café DU RETOUR nº 3

Javier Vargas de Luna

Version imprimable

À Manolo Pesantes

Seulement pour déranger, seulement pour ça,

pratiquer une douche au compte-gouttes,

fatiguer la fatigue, désespérer les pleurs…

 

Pour déranger, seulement pour ça,

sortir sans rythme à un boulevard pressé,

retourner à nos points cardinaux,

interrompre la cheville, faire demi-tour,

                         et s’habiller d’insultes avec du sucre

                                                               sur le visage

 

Seulement pour déranger,

seulement pour ça,

dormir debout à l’attente de l’attente,

et exercer l’épaule qui provoque

et heurter de face un vieux

                         et le serrer dans ses bras avec des

                                            insultes d’un autre temps…

 

(Garder silence sur les trottoirs d’un   

autre assaut,

encourager la bousculade d’un            

bâillement,

réfuter la vérité d’un évangile,              

regarder la nuit à contresens              

et du coup inventer le mot

déracinement)

 

Seulement pour déranger

laisser dans l’heure une traînée de racines qui

                                                                     incommode,

s’effeuiller les mains, défricher les rêves

et que le vent nous secoue,

seulement pour ça…

                         et pour que jamais ne demeure le

                                                         temps d’être temps

Javier Vargas de Luna, « Café DU RETOUR nº 3 », Sans Anna et sans sucre/Sin Anna y sin azúcar, Écrits des forges, 2014, p.141 et 143.