Cantouque des hypothéqués

Les crottés les Ti-Cul

les tarlas les Ti-Casse

ceux qui prennent une patate

avec un coke

 

les cibouettes les Ti-Pit

les cassés les timides

les livreurs en bicycle

des épiciers licenciés

 

les Ti-Noir les cassos

les feluettes les gros-gras

ceux qui se cognent sur les doigts

avec le marteau du boss

 

les Jos Connaissant

les farme-ta-gueule

ceux qui laissent leurs poumons

dans les moulins de coton

 

toutes les vies du jour le jour

tous les coincés

des paiements à rencontrer

les hypothéqués

à perpétuité

 

la gang de christs

qui se plaint jamais

les derniers payés

les premiers congédiés

 

ils n’ont pas de couteau

entre les dents

mais un billet d’autobus

mes frères mes frères

 

sur l’erre d’aller

l’erre de tomber

l’erre de périr

dans les matins clairs du lundi

ils continuent          mais sur l’élan

 

les pelleteux les neuf à cinq

les pères de famille sans enfants

WANTED RECHERCHÉ

pour cause d’agonie

pour drôle de pays

 

Ils sont de l’époque où la patrie

c’était un journal

Godin, Gérald « Cantouque des hypothéqués », Les cantouques, dans Ils ne demandaient qu’à brûler, Montréal, L’Hexagone, 2001 [1962].