Dieu tout au bout

Dieu tout au bout de soi-même, quand éclate l’écorce et que les laves coulent de source. 

 

Dieu des ruptures de glace et des bas-fonds généreux.

 

Dieu tout au bout des chemins, devant l’inéluctable et le rien.

 

Dieu dans les yeux d’un chien fou, dans la gueule d’un phoque assassiné.

 

Dieu toujours là, mais si absent dans l’éclat des os qui craquent.

 

Dieu de tous les froids incandescents, froids mortels immortalisés, frileux glaciels délirants.

 

Dieu toujours pareil et différent dans la musique faite pour les sourds.

 

Dieu de tous les dénuements et du grand démembrement, dans l’agonie des jours bleus et par la voix des amoureux.

 

Dieu du sang sur la neige et du bruit des forts silences, à la pointe du cœur, Dieu calme et tonnant.

 

Dieu-sterne des grands espaces, dernier oiseau d’hivernie.

 

Dieu des pistes infinies, des cristaux fracassés dans l’eau lustrale de l’Ungava.

 

Dieu que je n’entends pas sans le crissement délicat des pas de poux sur la neige.

 

Dieu si froid, mais si touchant par ses gélivures-cathédrales.

 

Pour la première fois dans l’Histoire, uppialuks, renards et tuktus, pour la première fois dans l’Histoire, Inuits et Qallunaaqs dansent pour toi.

 

Dieu d’engels, de dérives et de JOIE.

Jean Désy, « Dieu tout au bout… », Ô Nord, mon amour, Québec, Le Loup de gouttière, 1999. 

Pour aller plus loin 
  1. Chaque vers débute avec le mot « Dieu ». Quel est l’effet de cette anaphore ? Si vous remplaciez « Dieu » par un autre mot, quel en serait l’effet ?
  2. Ce texte offre beaucoup d’images très fortes au lecteur. Y voyez-vous une énumération d’images ou visualisez-vous plutôt un cheminement d’image en image dans votre tête ?
  3. Lisez la biographie de Jean Désy sur cette page. On nous dit qu’il « oscille entre deux mondes ». Cet équilibre est-il visible dans son poème ?
  4. Travaillez votre récitation : Dites « Dieu » sur un ton différent à chaque vers. Utilisez notre liste de tons et de styles pour vous inspirer. Essayez de trouver le ton qui sonne juste à votre oreille. 
  5. Tentez une expérience de création littéraire :
    Choisissez un thème vaste — l’amour, l’école, la famille. Écrivez dix vers en utilisant votre thème choisi comme anaphore et en le juxtaposant à des images qui, de premier abord, semblent contraster avec votre thème. Voyez comment cela vous permet d’élargir la gamme de sens contenu dans votre thème. 

Liens utiles

Écoutez Jean Désy en conversation avec Marie-Louise Arsenault de « Plus on est de fous, plus on lit » de Radio-Canada

Regardez Jean Désy animer un « TEDx talk » au sujet du nord du Québec et de son expérience là-bas en tant que médecin.