Fruits mûrs

C’est août qui flambe. Au bois comme au champ tout est mûr.

Le sauvage raisin offre son jus qui grise ;

Le soleil a pourpré la pomme et la cerise ;

La ronce est toute noire et l’airelle est d’azur.

 

Fruits mûrs les seigles blonds que fauche l’acier dur,

Les vierges du foyer dont l’œil doux électrise,

Les brillants papillons dont le jardin s’irise,

Les oiseaux dont les nids chantent le soir obscur.

 

Et sous les grands vergers que la lumière lustre,

Dans l’enivrante odeur, fruit mûr le poupon rustre

Qu’une mère caresse et fait boire à son sein.

 

Ah ! sur ma lèvre et dans mon cœur, quoi qu’on en dise,

Devant tant de fruits mûrs qui s’offrent à dessein

Je sens se réveiller l’antique gourmandise !

Pamphile LeMay, « Fruits mûrs », Les gouttelettes, Montréal, Beauchemin, 1904.