Je voulais te dire...

je voulais te dire

mon visage manque

 

d’un tas de choses

qui t’appartiennent

 

à qui le nez

qui les yeux

les oreilles

les gestes de réconfort

 

tout est à toi

pour toi

le dedans

les odeurs

ce qui a été rompu

déterré

 

retournons à l’atelier

 

il doit bien y avoir

de quoi ajouter

un peu de peau

de nouvelles tournures

à nos impatiences

 

nous accordons

à la chair

des configurations inédites

 

tu les composes

avec tes doigts

je réapprends

à bouger les lèvres

à flancher me dénouer

sortir de moi

comme d’un four

 

il y a des organes

ventriloques

 

embrasse-moi

 

nous donnerons

des leçons à l’anatomie

 

que ça

danse

 

ça neige quand

tu m’effleures

 

tu déclenches des processus

qui modifient mon corps

 

que ça

déchire

 

tu me donnes

tous les âges

 

tes doigts collés

contre mon crâne

 

tu disposes de moi

 

nous nous déguisons

l’un en l’autre

nous voulons

ce qui n’a pas d’allure

l’impossible

aboli

avec nos lèvres

nous allons vers qui

nous sommes presque

 

ce qui me gruge

m’incarne

 

je le remets entre tes mains

tu enlèveras

les éclats de miroir

 

tu me retourneras comme de la terre

Jonathan Lamy. « Je voulais te dire... », Je t'en prie, Le Noroît, 2011.