La poussière du jour

Albert Lozeau

Version imprimable

La poussière de l’heure et la cendre du jour

En un brouillard léger flottent au crépuscule.

Un lambeau de soleil au lointain du ciel brûle,

Et l’on voit s’effacer les clochers d’alentour.

 

La poussière du jour et la cendre de l’heure

Montent, comme au-dessus d’un invisible feu,

Et dans le clair de lune adorablement bleu

Planent au gré du vent dont l’air frais nous effleure.

 

La poussière de l’heure et la cendre du jour

Retombent sur nos cœurs comme une pluie amère,

Car dans le jour fuyant et dans l’heure éphémère

Combien n’ont-ils pas mis d’espérance et d’amour !

 

La poussière du jour et la cendre de l’heure

Contiennent nos soupirs, nos vœux et nos chansons ;

À chaque heure envolée, un peu nous périssons,

Et devant cette mort incessante, je pleure

 

La poussière du jour et la cendre de l’heure...

Lozeau, Albert, « La poussière du jour », Le miroir des jours, Montréal, Imprimerie du Devoir, 1912.

Pour aller plus loin: 

 

1. Quel est le thème de ce poème?

 

2. Nous pouvons observer une rupture dans le ton entre la deuxième et la troisième strophe. Comment qualifier la tonalité dans les deux premières, puis dans les strophes suivantes?

 

3. La poussière et la cendre sont en mouvement dans le poème. Décrivez, en observant les verbes des trois premières strophes, la trajectoire de ces éléments.

 

4. Pourquoi selon vous les heures et les jours sont-ils inversés au début de chaque strophe?

 

5. Cernez les passages où le poète projette ses sentiments dans la nature.

 

6. La dernière strophe est isolée, et se termine par des points de suspension. Quel effet cela crée-t-il? Et surtout, comment traduire cet effet dans la lecture à voix haute?

 

 

7. Activité d’écriture

Dans un court poème, rimé ou non, inspirez-vous des premières strophes de « Poussière du jour » pour évoquer le temps qui passe à travers des images de la nature.

 

Lien utile

La poésie complète d’Aflred Lozeau est accessible en ligne sur Le ph@re, un projet de l’UNEQ.
 

Section « Pour aller plus loin » rédigée par :