Le temps tombe

(la terre nous menace

au coin de la rue, chaque midi, le même

visage repu

l’assurance des défilés

les fanfares

et le trou au cœur de tous les morts...)

 

 

le temps tombe

                      familles giboulées passereaux

 

le temps tombe

                      une tribu perdue remonte à la surface

                      enfants des pyramides du soleil

                      amphores de poussière maïs et fourrures

                      falaise des morts

                      (falaise comme ruche d’où s’envolent les âmes gorgées des

                                 nécrophages

                          les blancs) famille stupéfaite

 

le temps tombe

                      abénaki maya nègre de birmingham

                      âmes civiles de mes morts sauvages

                      colère inhumée dans le fumier des chevaux de proie

                      dans la connaissance des soldats et des saints

                      dans les frégates armées

                      pour la pâmoison d’une infante et le pathos d’un hommage au

                             soldat

                      inconnu

 

le temps tombe

                      dans le mois du saumon s’installent les villages les mairies

                      les pêcheurs à la ligne

                      les capitales polies de main de mort

 

le temps tombe

                      galères négriers

                      atahuallpa

                      sauvages présents

                      anéantis

                      (cendrillon palpite dans la soie ses trois repas son prince

                      ô sommeil tranquille

                      planète ronde où s’étreignent les maisons conformes

                      au jour le jour vienne le repos définitif)

 

le temps tombe

                      les petits hommes de préhistoire circulent

                      entre les buildings

                      dans la pluie chargée de missiles

 

le temps tombe

                      espèce satisfaite

Paul-Marie Lapointe, « Le temps tombe », Le réel absolu, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1971

© 1971 Éditions de l'Hexagone et Paul-Marie Lapointe

Pour aller plus loin: 
  1. Que ressentez-vous en lisant ce poème à haute voix ? Pourquoi ?
  2. Pourquoi cette épigraphe entre parenthèses ? Que nous dit Lapointe en la plaçant ainsi ?
  3. Lisez le texte à haute voix de nouveau, mais en sautant les mots ‘le temps tombe’. Quel rôle joue la répétition de ces trois mots et pourquoi sont-ils si importants ?
  4. Travaillez votre récitation : Accentuez les mots ‘le temps tombe’ puis minimisez-les au maximum. Trouvez le niveau d’emphase et d’expression qui vous convient à chaque fois que ces trois mots sont dits. 
  5. Tentez une expérience de création littéraire :
    On a tous une petite phrase ou expression que nous utilisons facilement ; « c’est super », par exemple, ou « la vie est belle ». Écrivez une dizaine de vers décrivant ce que vous avez fait hier en ponctuant le texte d’une de vos petites phrases. 

Liens utiles

Lisez un article du Devoir publié au moment de la parution de la seconde rétrospective du poète.

 

Écoutez Paul-Marie Lapointe dire « Le temps tombe ».

 

Section « Pour aller plus loin » rédigée par :