Qui choisit les poèmes de notre anthologie ?

Notre comité éditorial

Version imprimable

L’anthologie des Voix de la poésie a été mise sur pied par le poète et professeur Pierre Nepveu. De 2017 à 2020, les poètes Hector Ruiz et Nathalie Watteyne se sont joints à lui, ainsi que les lauréates et le lauréat du Prix littéraire du Gouverneur général en poésie : Louise Dupré (lauréate de 2017), Michaël Trahan (lauréat de 2018) et Anne-Marie Desmeules (lauréate de 2019). L’anthologie jeunesse a accueilli les sélections de Louise Dupré et de Baron Marc-André Lévesque.

Vous voudriez suggérer des ajouts à notre anthologie? Écrivez au comité éditorial!

Le comité éditorial regroupe de nouveaux membres chaque année. Voici les membres de 2021 !


Écrivain ivoirien, Serge Agnessan est né à Abidjan. Il vit au Canada depuis 2015. Il a participé au Festival international de poésie de Berlin édition 2014 ainsi qu’à plusieurs autres festivals au Canada et ailleurs. Agnessan a publié Carrefour-Samaké aux éditions Poètes de brousse en 2018. C’est en transitant par la capitale de la Belgique que Serge Agnessan commence à écrire le recueil de poésie que nous connaissons, carnet des impressions d’un migrant qui résout sa crise identitaire en décidant de choisir sa filiation. Chercheur en littérature comparée, il rédige actuellement une thèse sur les cultures visuelles du génocide à l’Université de Western Ontario. Il s’intéresse particulièrement non pas à la mémoire, mais plutôt au déni de mémoire, au refus de se souvenir. Il y a aussi que les déchets et l’odeur des villes le fascinent.

Catherine Cormier-Larose codirectrice générale et directrice artistique du Festival de la poésie de Montréal. Elle est également poète, Poète à l’école avec l’organisme Les voix de la poésie, fondatrice du festival Dans ta tête et commissaire indépendante. Cormier-Larose a publié dans plusieurs revues, fanzines et collectifs et son recueil Vickie vient de paraître (Fond'tonne, 2021) ainsi que l’Anthologie de la poésie actuelle des femmes au Québec 2000|2020 codirigée avec Vanessa Bell (Remue-ménage, 2021). Son premier recueil, L’avion est un réflexe court (Del Busso, 2017), sera bientôt traduit en anglais. Elle a performé et animé sur différentes scènes partout au Québec et à l’étranger.

La poète québécoise Denise Desautels, membre de l’Académie des lettres du Québec et de l’Ordre du Canada, confère à son écriture une puissance et une urgence indétournables. S’alliant parfois avec les arts visuels, ses poèmes révèlent une recherche autobiographique sans complaisance, pleinement consciente des risques comportés. Cette profondeur intime — foncièrement ancrée dans un « je » féminin — ne se justifie que parce qu’elle rejoint l’universel. Se proclamant « écrivaine de la douleur », elle reçoit les prix du Festival international de poésie de Trois-Rivières, du Gouverneur général du Canada, de la Société des écrivains canadiens et, pour l'ensemble de son travail, le Prix Athanase-David.

Anthologie jeunesse

Véronique Grenier enseigne la philosophie au collégial, depuis 2009. Elle est l’autrice, aux Éditions de Ta Mère, des recueils de poésie Carnet de parc (2019) et Chenous (2017) et du récit Hiroshimoi (2016), paru aussi en Suisse chez Paulette éditrice, en novembre 2017. Elle a publié un recueil de poésie jeunesse à La courte échelle, Colle-moi (2020). Elle a également collaboré à quelques collectifs (Sous la ceinture : unis pour vaincre la culture du viol, Québec Amérique ; Libérer la colère, Remue-Ménage ; Avec pas une cenne, Québec Amérique), aux revues Art Le SabordLes ÉcritsXYZ. La revue de la nouvelleJet d’encre et Exit, à la pièce de théâtre Strindberg (printemps 2019, mise en scène de Luce Pelletier) et à la section « Idées » du jounal Le Devoir, depuis l’automne 2020. Chroniqueuse — notamment à titre de « philosophe de circonstance » à l’émission Et si on se faisait du bien, ICI Radio-Canada, été 2018 —, blogueuse (Les p’tits pis moé), conférencière, elle a aussi été porte-parole de la campagne provinciale « Sans oui, c’est non ! » pour contrer les violences à caractère sexuel (2015-2018). Elle a été lauréate du Grand Prix du livre de la ville de Sherbrooke en 2020 (volet création), a reçu le mérite estrien en janvier 2018, a été lauréate du prix Jean-Claude-Simard 2017 de la société de philosophie du Québec et récipiendaire du prix « Coup de cœur » du Conseil de la culture de l’Estrie en 2015. Elle aime le kitsch et les citations et déteste les demandes à l’Univers.

 

 

Notre comité éditorial
Notre comité éditorial

Qui choisit les poèmes de notre anthologie ?