Les voix de la poésie / Poetry In Voice recommandent que les concours de récitation à tous les niveaux se déroulent en ligne cette année. Élèves, consultez notre page Conseils pour réciter en ligne. Enseignants et enseignantes, consultez la page Organiser un concours en ligne pour des conseils sur la tenue d’un concours. Vous trouverez tous les renseignements pour nos concours régionaux en équipe en ligne sur la page En équipe. Le concours de récitation junior se déroulera en ligne, comme à l’habitude. Nous espérons organiser une Grande finale en présentiel à Montréal en avril 2021. Une décision sera prise plus près de la date, mais soyez assuré·es que nous organiserons une Grande finale pancanadienne. Consultez la page de la Grande finale pour en savoir plus sur les changements apportés cette année. Il y a plus de prix à gagner que jamais !

 

Jury des épreuves de qualification 2021

Version imprimable

Les enseignants et enseignantes peuvent inscrire leurs élèves aux épreuves de qualification jusqu’au jeudi 4 mars.

Soumettre des vidéos

 

C’est avec grand plaisir que nous présentons le jury des épreuves de qualification 2021. Une nouveauté cette année : 42 demi-finalistes de partout au pays seront sélectionné·es. Le jury déterminera ensuite les neuf finalistes (trois dans chaque section du concours) qui s’affronteront lors de la Grande finale en ligne.

Nous annoncerons qui sont les 42 demi-finalistes le jeudi 11 mars et les neuf finalistes, le 25 mars.
 


David Bradford est un poète et éditeur de Verdun, au Québec, en territoire non cédé Kanien’kehà:ka. Il est titulaire d’un baccalauréat de l’Université Concordia et d’une maîtrise de l’Université de Guelph. Montréalais depuis toujours, il s’assure que son travail est engagé et défie les conceptions dominantes de l’identité noire diasporique. Sa poésie est parue, entre autres, dans Prairie Fire, Lemon Hound, Poetry Is Dead, The Capilano Review, Carte Blanche et se retrouve dans l’anthologie The Unpublished City, qui a été finaliste aux Toronto Book Awards en 2018. Il est l’auteur de plusieurs recueils dont Call Out (knife | fork | book, 2017), Nell Zink Is Damn Free (Blank Cheque Press, 2017), et The Plot (House House Press, 2018). Le dernier ouvrage de David Bradford, Dream of No One but Myself, est une enquête interdisciplinaire sur les différentes versions de son histoire et de celle de sa famille en ce qui a trait à la violence et aux traumatismes. Il paraîtra chez Brick Books.

 


Raoul Fernandes vit à Vancouver avec sa femme et leurs deux fils. Son premier recueil, Transmitter and Receiver (Nightwood Editions, 2015) a remporté le Dorothy Livesay Award et le Debut-litzer Award for Poetry en 2016. Ses textes ont été publiés dans de nombreuses revues littéraires et anthologies, dont The Best of the Best Canadian Poetry in English. Il écrit surtout des vers libres, mais s’avance occasionnellement dans l’écriture de formes poétiques. Il s’intéresse à la poésie en tant que moyen de voir l’étrange dans l’ordinaire, de se connecter profondément avec les autres et d’explorer ce que signifie être humain. Il est influencé par les maîtres du haïku japonais, l’école de New York et les poèmes étranges et merveilleux que ses amis poètes écrivent. Découvrez-en davantage sur lui sur son site raoulfernandes.com.

 


Laurie D. Graham a grandi en territoire du traité 6 (Sherwood Park, Alberta) et vit maintenant à Nogojiwanong, territoire traditionnel du peuple Mississauga Anishinaabeg (Peterborough, Ontario). Elle s’y active en tant que poète, éditrice et directrice de Brick magazine, un journal de récits et d’essais littéraires basé à Toronto. Son premier livre, Rove, est un long poème qui tente de cerner le sens d’un chez-soi du point de vue d’une descendante de fermiers des Prairies. Rove s’est classé parmi les finalistes du Gerald Lampert Memorial Award pour le prix du meilleur recueil de poésie au Canada. Le deuxième livre de l’auteure, Settler Education, présente les différentes formes que prend l’oppression des peuples autochtones par la société coloniale aujourd’hui. Ce deuxième livre s’est classé parmi les finalistes du prix Trillium. Laurie utilise souvent le poème long, le lyrisme et le poème trouvé (found poem). 

 


Anthony Lacroix est né en 1991 et a grandi dans un petit village nommé Saint-Claude. Il a terminé une maîtrise en lettres à l’Université du Québec à Rimouski. Son mémoire, écrit sous la codirection de Camille Deslauriers et Nathalie Watteyne (Université de Sherbrooke), portait sur la représentation des lieux et particulièrement des « lieux-refuges » dans l’œuvre de Patrice Desbiens. Il a publié un livre (Carcasse d’Occident : haïkus & autres non-poèmes, 2014), deux fanzines (Les fonctionnelles, 2014 ; Derrière les portes closes, 2015), ainsi que des articles savants et textes de création dans des revues ou ouvrages collectifs. Il poursuit présentement des études au doctorat sur l’influence du web et des réseaux sociaux dans l’espace de la fiction.

 


James Langer est né à Kitchener, en Ontario, mais a grandi à Heart’s Desire, dans la baie de la Trinité à Terre-Neuve. Il est l’auteur de Gun Dogs, un recueil de poèmes publié chez House of Anansi et gagnant du Gerald Lampert Memorial Award dans la catégorie poésie. En 2013, il a codirigé The Breakwater Book of Contemporary Newfoundland Poetry. Son œuvre est composée de poésie formelle et libre et d’hybrides entre les deux. Ses premières influences ont été Seamus Heaney et Les Murray. En voici quelques autres : Robert FrostElizabeth Bishop, Derek Walcott, Carol Ann Duffy, Alice Oswald. Il a obtenu une maîtrise en études anglaises de l’Université du Nouveau-Brunswick en 2006 et enseigne la création littéraire à l’Université Memorial de Terre-Neuve. Il travaille en tant qu’éditeur chez Breakwater Books et vit à St. John’s, à Terre-Neuve. 

 


Née au Liban en 1961, Nadine Ltaif a passé les treize premières années de sa vie dans son pays natal avant d’immigrer à Montréal en 1979. Dès son premier recueil de poèmes, Les métamorphoses d’Ishtar, paru en 1987, elle a été remarquée par sa manière de traiter l’expérience de la migration et de l’exil en puisant dans les mythologies du Moyen-Orient tout en mesurant ses récits aux réalités de son pays et de sa ville d’accueil. Inspirée aussi bien par la poésie japonaise que par le grand poète libanais Adonis, l’œuvre de Nadine Ltaif est aussi ancrée dans le féminisme. Son recueil Entre les fleuves a été finaliste au prix Nelligan, le plus important prix de poésie pour la relève au Québec. Traduite dans quelques langues et elle-même traductrice, elle a fait des études de lettres à l’Université de Montréal et elle collabore à une compagnie de production cinématographique. Elle est cofondatrice et coéditrice de la revue numérique Mïtra. Son dernier livre, Rien de mon errance est paru en 2019.

Son blog : https://lescarnetsdishtar.blogspot.com/

 


Nisha Patel est une poète et artiste indo-canadienne. Elle est la poète officielle de la ville d’Edmonton et a remporté la première place lors du Canadian Individual Poetry Slam Championship en 2019. Elle est lauréate du Edmonton Artists’ Trust Fund Award. Nisha a présenté sa poésie à travers le Canada et dans le monde, de Glasgow à Séoul. Sa poésie aborde les thèmes de la race, du féminisme et de l’identité, en mettant fortement l’accent sur ses luttes et ses triomphes en tant que femme racisée. Elle s’efforce de bâtir des relations solides, d’offrir du mentorat et de créer des possibles pour les artistes qui l’entourent, en croyant au potentiel et au pardon de la scène artistique d’Edmonton. Nisha est diplômée de la School of Business de l’Université d’Alberta. Elle travaille à construire une communauté artistique plus forte en vivant sa vérité.

 


Dane Swan est né aux Bermudes et vit aujourd’hui à Toronto. Artiste de spoken word, poète de slam, musicien, auteur et éditeur émergent, il est passé des séances de rattrapage en anglais au statut d’auteur de fiction et de poésie. A Mingus Lullaby a été sélectionné pour le Trillium Book Award for Poetry en 2017. Parmi ses genres poétiques préférés, on retrouve la poésie lyrique, la poésie contemporaine, la dub poetry et le spoken word. Ses écrits traitent de justice sociale, de musique, d’histoire et de culture populaire. Dane Swan s’inspire, entre autres, de Saul Williams, de Richard Wright, de Wanda Coleman, de Walt Whitman, de Richard Pryor et de Lenny Bruce.

 


Originaire du nord de l’Ontario, Véronique Sylvain habite à Ottawa, où elle a terminé une maîtrise en lettres françaises. Dans son premier recueil, Premier quart (Prix Trillium, 2020), la poétesse revisite le Nord, lieu de sa naissance, à travers le voyage et les souvenirs. Au long de son parcours, elle tente de comprendre les drames et les réalités à l’œuvre dans le rude climat nordique. Elle est ainsi ramenée à ses propres combats, à la solitude, à la tristesse, à l’angoisse et à l’hiver, qui invite à l’introspection. La nature et l’écriture lui permettent d’inscrire sa quête dans un vaste héritage familial et littéraire. L’écriture de Véronique s’inscrit dans la lignée des poètes établis (Robert Dickson, Patrice Desbiens, Michel Dallaire) et émergents (Sonia-Sophie Courdeau, Daniel Aubin) qui ont contribué à forger l’esthétique populaire du Nouvel-Ontario. En plus de se consacrer à différents projets artistiques (l’écriture de chansons, la photographie), Véronique occupe le poste de responsable de la promotion et des communications aux Éditions David depuis 2014.

 

Jury des épreuves de qualification 2021
Jury des épreuves de qualification 2021