de futurs souvenirs

                        j’en veux

encore, toujours plus, insatiable

je veux les remuer à la pelle

la mémoire, je l’agrippe

comme autrefois

cette médaille bénie

une Vierge chassant les démons

me cramponne à elle, la retiens

pour nous deux, la mémoire

ses empreintes rouillées

par ta salive, et leurs figures

insistent, descendent et montent

de ma tête à ma paume

sur le fil fou d’un yo-yo

ton corps d’orante

chargé de sombres vocables

cognent dur les figures du souvenir

se heurtent les unes

les autres, indices bruyants

qui molestent mes phrases

chutes, sanglots, fatalité

tout y passe, observe-la

cette surenchère de nos deuils

à la queue leu leu

cette répétition de la fin

en cercles concentriques, qui fauche

notre maison en briques rouges

sa voisine et la suivante

la terre au grand complet

comme un raz-de-marée

cette cohue de fins, depuis

que le monde sensible

a commencé

or, c’est mon affaire, c’est ma vie

tu le sais bien, nos morts

par poignées

leur tatouage s’empourpre

dans ma chair, dans ma bouche

entre mes dents, leur débris d’âmes

cependant on ne le dit pas assez

leur vagabondage a lieu

ailleurs, à distance, au-dessus

de notre chaos humain

déformé par l’écho

les âmes, en chœur trépignent

amour, envie, dévastation, colère

peu importe, elles pataugent

les âmes en déroute

au fond de cette voûte

ce Ciel extravagant

le leur, le tien

parfois c’est fou, maman

on dirait des bandes de corbeaux

pris au piège

du Ciel, les âmes

 

            [...]

Denise Desautels, « De futurs souvenirs », Pendant la mort, Montréal, Éditions Québec Amérique, 2002.