Le grillon

             Un pauvre petit grillon

             Caché dans l’herbe fleurie

             Regardait un papillon

             Voltigeant dans la prairie ;

L’insecte ailé brillait des plus vives couleurs ;

L’azur, le pourpre et l’or éclataient sur ses ailes ;

Jeune, beau, petit-maître, il court de fleurs en fleurs,

             Prenant et quittant les plus belles.

Ah ! disait le grillon, que son sort et le mien

             Sont différents ! Dame nature

             Pour lui fit tout, et pour moi rien.

Je n’ai point de talent, encor moins de figure ;

Nul ne prend garde à moi, l’on m’ignore ici-bas :

             Autant vaudrait n’exister pas.

             Comme il parlait, dans la prairie

             Arrive une troupe d’enfants :

             Aussitôt les voilà courants

Après ce papillon, dont ils ont tous envie.

Chapeaux, mouchoirs, bonnets, servent à l’attraper ;

L’insecte vainement cherche à leur échapper,

             Il devient bientôt leur conquête.

L’un le saisit par l’aile, un autre par le corps ;

Un troisième survient et le prend par la tête :

             Il ne fallait pas tant d’efforts

             Pour déchirer la pauvre bête.

Oh ! oh ! dit le grillon, je ne suis plus fâché ;

Il en coûte trop cher pour briller dans le monde.

Combien je vais aimer ma retraite profonde !

             Pour vivre heureux, vivons caché.

 

Florian, Jean-Pierre Claris de, « Le grillon », Fables, 1792.