Le lézard

À Berthel.

          Avec une jeune veuve,

          Tendre encor, j’en ai la preuve,

          Parlant breton et français :

          En causant de mille choses,

          Par la bruyère aux fleurs roses,

          Tout en causant je passais.

 

C’etait en juin, la chaleur était grande :

Sur le sentier qui partage la lande,

Au beau soleil se chauffait un lézard ;

Et dans ses tours, ses détours, le folâtre

Faisait briller son dos lisse et verdâtre

Et secouait la fourche de son dard.

 

          Mais hélas ! à notre approche,

          Le petit fou vers sa roche

          Fuit, et pour le rappeler,

          Pour rappeler ce farouche,

          Sur un air des bois ma bouche

          Longtemps s’épuise à siffler.

 

Ô mes amis, ne plaignez pas ma peine !

Car sur mon bras cette amoureuse Hélène

Tenait posé son bras flexible et rond ;

Et par instants une mèche égarée,

De ses cheveux une mèche cendrée

Avec douceur venait toucher mon front.

 

          Certe, à lézard et vipère

          Tout siffleur vendrait, j’espère,

          À ce prix-là ses chansons,

          Sans trouver l’heure trop lente,

          Ni la chaleur trop brûlante,

          Ni trop maigres les buissons.

 

Donc croyez-moi, dans cette heureuse pose,

Sous le soleil et jusqu’à la nuit close

J’aurais sifflé fort gaiement ; mais voilà,

Mes bons amis, voilà que le vicaire,

Vêtu de noir et disant son rosaire,

Pour mon malheur vient à passer par là :

 

          « Cœurs damnés ! musique infâme !

          « Holà ! holà ! jeune femme,

          « Si vous craignez par hasard

          « Le purgatoire où l’on grille,

          « Quittez ce siffleur de fille,

          « Ce beau siffleur de lézard ! »

Brizeux, Auguste «  Le lézard », Oeuvres complètes, 1860 (dans Bernard Leuillot, Anthologie de la poésie française du XIXe siècle. Tome 1, Paris, Poésie/Gallimard, 1984).